La viticulture à l’heure du développement durable : le dossier

Et puis il y a eu le déclic.

On sentait le sujet monter en puissance sans que personne n’ose véritablement le mettre sur la table. Le réchauffement climatique et son impact sur le vin est désormais sur toutes les lèvres. Rares étaient les vignerons qui évoquaient pro-activement le sujet lors de nos dégustations, il y a encore quelques années.Tout juste osaient-ils répondre que c’était effectivement un problème, que des expérimentations étaient en cours. Qu’eux-mêmes allaient probablement devoir changer leur façon de travailler.

Je ne sais pas ce qui a provoqué ce déclic. Mais depuis 2 ans, le sujet est presque systématiquement abordé, à l’initiative des vignerons, lors de mes visites. Le ton est aussi plus grave.

En viticulture comme dans l’agriculture la question du développement durable est devenue centrale. Après des décennies marquées par l’industrialisation et la mécanisation du secteur, l’heure des comptes a-t-elle sonné ? Celle de la prise de conscience ? Celle de l’action ?

  • Quels effets du réchauffement climatique sur la viticulture doit-on redouter ?
  • Comment la viticulture peut-elle s’inscrire dans une démarche de réduction de son empreinte carbone ?
  • Au-delà du réchauffement climatique, comment la viticulture peut-elle contribuer à la diversité biologique ?

C’est à ces trois questions que tente de répondre notre dossier spécial : « la viticulture à l’heure du développement durable » !

Quels sont les effets du réchauffement climatique sur la viticulture ?

Comment la viticulture peut-elle réduire son empreinte carbone ?

Dans cette réflexion sur la viticulture durable, la bonne compréhension des mouvements bio, biodynamique, naturel et vegan et de leurs certifications associées est une première clef :

Sur vinsdumonde.blog, nous sommes convaincus que le bon usage des technologies de pointe peut également constituer une partie de la solution. Nous avons ressorti deux articles sur le sujet.

Dans le premier, intéressez-vous au paragraphe « De nouveaux outils pour les vignerons »:

Dans le second, le chapitre « l’IA au service du vignoble » laisse présager de nombreuses innovations au service de la réduction de l’empreinte carbone dans les vignes :

 

Comment la viticulture peut-elle contribuer à la diversité biologique ?

Réfléchir à une viticulture durable ne se réduit pas à la lutte contre le réchauffement climatique. La diversité biologique, celle des cépages en particulier, est également un enjeu qui mérite qu’on s’y intéresse. Pour nourrir votre réflexion :

 

 

Aucun commentaire jusque-là - Vas-y, lance-toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *