Le parrainage d’un pied de vigne, une nouvelle façon de découvrir les métiers du vin

L’oenotourisme aussi connaît ses innovations. La dernière en date permet de rapprocher un peu plus les consommateurs que nous sommes du monde de la vigne.

Pour aller au contact de l’univers du vin, le citadin visitait jusqu’alors les traditionnels salons de vignerons indépendants. Pour apprendre le vin et sa dégustation, les amateurs avisés fréquentaient les clubs œnologiques (à 100 euros la séance). Les plus motivés surfaient sur les sites communautaires ou partaient à la recherche de trop standardisés coffrets cadeaux type smartbox, s’offrant ainsi enfin un premier contact avec la vigne et son vigneron.

Bref, il fallait une formule plus ambitieuse que la fête des vendanges du Clos-Montmartre pour rapprocher les parisiens des terroirs viticoles.

le parrainage, une méthode pédagogique pour apprendre les métiers du vigneron

Confinées au stade expérimental jusque-là, les offres de parrainage de pieds de vigne se sont multipliées en 2011. La prestation est simple : le client se voit proposer de participer à l’élaboration d’une cuvée, avant de recevoir les bouteilles issues de ses ceps « filleuls ».

Le parrain a la possibilité de suivre in situ les différentes étapes du travail de la vigne et de la vinification lors de stages animés par le vigneron.

Qui d’autre que le vigneron, pour peu qu’il soit pédagogue, pour expliquer les petites ficelles de son métier ? Car c’est bien un exercice pédagogique que d’apprendre à relever une vigne à ses côtés, de le suivre sur les cuves pour surveiller l’évolution de leur température lors de la fermentation… et d’écouter sa réaction lors de la première dégustation du résultat de son travail.

La proximité avec le vigneron est le point fort de ses offres de parrainage.

Chaque marque propose sa propre formule mais voila les principales prestations proposées lors d’un parrainage :

  • Rencontre avec l’exploitant : visite de la propriété, découverte du vignoble, stage théorique sur les techniques de vinification propres à l’exploitation
  • Participation à l’élaboration de la cuvée : stage pratique lors de la taille et des vendanges, de la vinification. Certaines offres proposent même la conception de sa propre cuvée dans une barrique dédiée, accompagné par l’exploitant.
  • Dégustation, et stage œnologique
  • Personnalisation : affichage du nom du parrain au pied du cep et étiquetage de la bouteille personnalisé au nom du parrain. Si certaines offres proposent une affectation nominative des pieds, d’autres ont une conception plus « virtuelle » du parrainage.
  • Offre des bouteilles: les bouteilles issues de la cuvée sont envoyées au parrain (1, 6, ou 12 selon l’offre).
  • Diplôme virtuel de vigneron dans les offres les plus grand public.

En parallèle, le parrain peut suivre ses ceps au jour le jour sur internet, via les rapports illustrés publiés régulièrement par l’exploitation. Avec ça, impossible de ne pas s’attacher à son rang de vigne !

 

Pour les producteurs, un nouveau canal de vente

Pressés par la compétition des vins du nouveau monde, et par la décroissance de la consommation en France (conséquence de la loi Evin, sujet qui fera office d’un article à part entière), les producteurs de vins français sont amenés à diversifier leurs activité.

Les producteurs qui ont ouvert les portes de leur propriété aux chambres d’hôtes, ont vite pris conscience du potentiel de vente que leur offrait cette nouvelle clientèle. Suivant leur exemple, les exploitants qui proposent leur vigne au parrainage se voient non seulement offrir une nouvelle source de revenues, rémunérant leur service, mais ouvrent également leur production à un nouveau canal de vente: les parrains et leur communauté, via le bouche à oreille généré.

A y regarder de plus prés, la formule n’est pas totalement nouvelle. L’achat de vin « sur pied » est une tradition ancienne dans le bordelais, qui permettait au producteur de sécuriser l’écoulement de sa production et de bénéficier d’une avance de trésorerie propre à assainir ses finances. De là à penser que les difficultés actuelles à trouver du crédit ont incité les producteurs les plus fragiles (ou les plus innovants) à sauter le pas, il n’y a qu’un… pas.

Il n’en reste pas moins que le besoin du marché pour une plus grande proximité entre le consommateur et le paysan qui lui remplit son assiette est une tendance forte, et que la faculté de la profession à s’adapter à cette nouvelle demande est de nature à nous réjouir !

Quel prestataire de parrainage de vigne choisir ?

  • Mesvignes.com (correction : Mesvignes.com n’existe malheureusement plus), pure player de la location de vignes, est le leader dans ce secteur de l’œnotourisme. Il propose son offre en partenariat avec une quinzaine de vignerons en France répartis dans les principaux vignobles: Alsace, Côtes du Rhône, Bordelais, Bourgogne, Champagne, Minervois, Bandol, Touraine, Provence, Beaujolais, Bergerac…  et s’est lancé en Italie en 2011.
  • Gourmet Odyssey s’est spécialisé dans les vins biologiques. Il propose la création personnalisée d’un barrique de vin: choix des cépages, assemblage, design de l’étiquette. Ils sont présent dans une demi douzaine de vignobles répartis dans le bordelais, la Bourgogne, le Languedoc-Roussillon et le Val de Loire.
  • Mon Vignoble (Bergerac) combine la formule avec sa chambre d’hôtes et une prestation gastronomique.

De nombreuses propriétés proposent le parrainage sans passer par un intermédiaire.  C’est le cas du Château Fougas, dans les côtes de Bourg.  Pionnier en la matière, il propose ses vignes au parrainage depuis… 1982 ! Ses vins sont certifiés bio et est en conversion vers la biodynamie*.

Et vous ? Vous avez testé le parrainage d’un pied de vigne ? Partagez vos impressions en les publiant en commentaire !

* La biodynamie est une méthode biologique de culture de la vigne, influencée par le philosophe autrichien Rudolf Steiner, et qui vise à adapter le travail de la vigne au rythme de la nature et du cosmos, et à respecter une meilleure harmonie entre le sol et la plante pour produire un vin qui doit être à l’image de son terroir. Curieux n’est ce pas ? Ce sujet ferra office d’un article dédié sur ce blog.

 

Œnologie

Aucun commentaire

Samarcande

Voilà un concept qui devrait plaire à de nombreux amateurs de vins, désireux de s’impliquer activement dans la découverte du vin et des vignobles ! Apprécier les propriétés gustatives du vin, c’est bien (et ce n’est déjà pas si évident. Il s’agit de se construire un véritable parcours éducatif) ; comprendre l’importance du terroir et les processus de vinification, c’est mieux.

A-t-on des informations sur le profil des personnes qui parrainent ainsi des vignes ? Leurs motivations ?

Réponse
François

Merci Lucie pour ton commentaire !
Je n’ai pas d’infos précises sur le profil des « parrains ». En revanche, pour avoir moi-même participé à une expérience de parrainage, je confirme que les participants sont essentiellement des jeunes couples de trentenaires, citadins (Paris et autres grandes villes).
Je pense en tout cas que c’est la cible des agences qui proposent ces services, et que ça correspond à un besoin des citadins qui cherchent des formules originales de weekend « retour aux sources » à la campagne.

Réponse
Altenbach

Le blog est cool et l’idée sympa. Pas mal pour un cadeau aussi.
Par contre il est à noter que le partenaire cité comme « référence » en’estst en liquidation et le site n’est plus en activité, le domaine (web pas viticole …)est à vendre (mesvignes.com)

Réponse
admin

Effectivement, mesvignes.com a fermé boutique. Je vais publier une mise à jour de l’article et actualiser la liste des entreprises qui proposent des formules de parrainage.

Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *