Quatre vignerons à visiter en Oregon

Quel est le point commun entre les 3 états de l’ouest américain : Californie, Washington et Oregon ? Tous les trois ont massivement voté démocrate aux élections présidentielles de 2016. Celles qui ont malgré tout amené Trump au pouvoir. Les 3 sont également dans le top 4 des plus gros états producteurs de vin du pays. Faut-il y voir un lien de cause à effet ?

L’objet de cet article n’est pas de répondre à cette question, mais de vous présenter cet étonnant vignoble de l’Oregon, réputé pour ces pinots noirs de renommée internationale et ses liens étroits avec le vignoble de Bourgogne.

Dans cet état rural, il faut remercier la forêt immense d’avoir accepté de se retirer de quelques milliers d’hectares (12 000 ha, pour être précis) pour laisser la place à la vigne, qui fait vivre quelques 725 wineries.

L’AVA Willamette valley (American Viticol Area), est l’appellation la plus réputée en Oregon. Récente, elle s’est construite sur des spécificités et des valeurs différentes de celles du vignoble californien:

  • le climat océanique, humide et frais, contraste avec celui, aride des vallées de la Napa et de la Sonoma
  • La taille humaine et familiale de ses domaines (en moyenne 17ha par domaine) contraste avec le gigantisme des domaines californiens (50ha en moyenne)
  • la culture du vin : en Oregon, on recherche l’excellence plus que le commerce. En témoignent les rendements qui sont étroitement surveillés, (34 hl/ha en Oregon vs 120 hl/ha en Californie), la part du bio et de la biodynamie dans la culture de la vigne. Les vignerons sont également engagés contre les pratiques qui favorisent la quantité au détriment de la qualité, comme l’irrigation des vignes.

Porté par ces valeurs, le vignoble a rencontré un véritable succès ces dernières décénnies. A tel point que sa surface, sa production et ses ventes ont été multipliées par 4 en 20 ans !

De nombreux points communs avec la Bourgogne

Si la viticulture existe depuis longtemps en Oregon, sa notoriété n’a véritablement commencé à se développer qu’à partir des années 1960. A cette période, des pionniers remarquèrent les nombreuses similitudes entre la Bourgogne et l’Oregon. Bien que son sous-sol volcanique soit loin des terres argilo-calcaires bourguignonnes, les deux régions bénéficient d’un climat très similaire ! Ces vignerons avant-gardistes commencent à planter du pinot noir dans les années 1960.  Ils choisirent de s’installer dans la Willamette valley, dont les côteaux sont, à l’instar de la Bourgogne, orientés plein est. Et ça marche !

En 1979, lors d’une dégustation organisée par le Gault&Millau entre la fine fleur bourguignonne et les vins du nouveau monde, les vins orégonais l’emportent ! Vexé, le viticulteur Robert Drouhin, dont les vins se sont faits battre, organise la revanche l’année suivante. Et c’est une nouvelle fois un pinot noir de la Eyrie winery qui l’emporte. C’est le début d’une nouvelle ère pour la Willamette valley et plus particulièrement pour les Dundee Hills, l’AVA la plus réputée de la région.

Suite à cet évènement, la Willamette valley connaît une phase de croissance forte, marquée par les investissements des grandes familles bourguignonnes. Pas rancunier, et convaincu par le terroir exceptionnel des Dundee Hills, Robert Drouhin fait partie des premiers à s’y installer en 1987.

Rapidement, le vignoble orégonais gagne en notoriété grâce à son cépage roi : le pinot noir. Il représente 58% de l’encépagement et est vinifié selon les techniques bourguignonnes. 

Côté blanc, c’est moins le chardonnay que le pinot gris qui tient la corde en Oregon. Nulle part ailleurs dans le monde un vignoble ne lui accorde autant d’intérêt.

Nous avons fait le tour de vignerons de la Willamette valley et voilà les quatre que nous vous conseillons tout particulièrement d’aller visiter :

1 – Evesham Wood, un havre de paix et de tranquillité

Site Web : eveshamwood.com

Adresse : 3795 Wallace Rd NW, Salem, OR 97304

Numéro de téléphone : (503) 371-8478

Evesham Wood est l’un des vignobles les plus méridionaux de la Willamette valley. Dirigé par Erin Nuccio, un jeune qui a de la suite dans les idées, il incarne cette nouvelle génération qui cherche à tirer le meilleur d’un terroir. Ces vignerons se caractérisent par:

  • leur travail sur le fruit. Ils recherchent la maturité et la concentration en intervenant un maximum dans la vigne et en réduisant les rendements,
  • Ils s’efforcent de réduire au maximum l’intervention humaine dans le chai, au cours du processus de vinification.

L’accueil : 4,5/5

Pas forcément besoin de réserver sa dégustation chez Evesham Wood. Nous sommes accueillis poliment par le responsable de la dégustation qui nous installe en terrasse, du haut de laquelle nous surplombons le vignoble.

Cet endroit inspire la quiétude. Discret, pince sans rire et cultivé, le responsable rythme la dégustation de petites blagues et d’explications sur le vin, le domaine et les techniques de vinification.

Que du bonheur !

Le domaine : 4/5

Derrière Erin Nuccio se cachent en fait deux domaines et un bijou : Evesham Wood et Haden Fig sont les deux domaines qui partagent les mêmes valeurs : le bio, le terroir, la recherche de l’excellence. Ils sont gérés comme des marques, chacun devant adresser une cible bien identifiée de consommateurs.

Le bijou, c’est le Puits sec. Quatre hectares de vignes plantées en pinot noir et en chardonnay sur un côteau orienté plein est. Ces vignes bénéficient d’un micro-climat qui leur permet de produire des vins d’une élégance notable.

Ces domaines font partie de la Deep Roots Coalition, un groupe de vignerons qui refusent le recours à l’irrigation, au nom de l’écologie et de la recherche de la typicité du terroir.

Le vin : 3,5/5

Pour 20$, nous avons opté pour la « long path », une dégustation de huit vins des domaines Evesham Wood et Haden Fig :

  • Haden Fig Chardonnay 2018 – 22$
  • Haden Fig Pinot Noir 2017 – 26$
  • Evesham Wood Pinot Noir Eola-Amity Hills 2017 – 26$
  • Evesham Wood Pinot Noir Le Puits Sec Vineyard 2016 – 40$
  • Haden Fig Pinot Blanc 2018 – 18$
  • Haden Fig Pinot Gris 2018 – 18$
  • Haden Fig Pinot Noir Cancilla Vineyard 2016 – 36$
  • Evesham Wood Pinot Noir Sojourner 2016 – 36$

Nous avons aimé les pinots noirs, qui développent une belle complexité aromatique, de la matière et de belles finales. En particulier, le Cancilla 2016 et ses arômes de sous-bois.

Côté blanc, nous sommes un peu restés sur notre faim. Ils sont assez typiques de ces vins blancs américains : aromatiques, ils manquent cependant d’attaque et de fraicheur.

Les prix : 4/5 

Les prix des Haden Fig sont tout à fait abordables pour des vins américains. Il ne faut pas les comparer aux prix de leurs homologues bourguignons, eux-mêmes plus chers que la moyenne des vins français. Les américains positionnent leurs vins pour le marché américain, au pouvoir d’achat supérieur à celui que l’on connaît en Europe.

Les Evesham Wood sont légèrement plus chers mais restent d’un bon rapport qualité-prix.

2 – Le domaine Drouhin, le bourguignon qui a conquis les Dundee hills

Site Web : domainedrouhin.com

Adresse :

Numéro de téléphone : (503) 864-2700

Après avoir été à l’origine, à ses dépens, de la renommée des pinots noirs orégonais, Robert Drouhin n’a pas fait montre de rancune ! Dès 1987, il achète 60 hectares de terres agricoles dans les Dundee Hills. Il y plante les deux cépages emblématiques de la Bourgogne: le pinot noir et le chardonnay. Car les Drouhin sont bien venus en Oregon pour y étendre leur savoir-faire bourguignon ! Et profitez du prix des terres qui y est encore beaucoup moins cher qu’à Beaune ?

C’est en tout état de cause le début de l’aventure orégonaise de la famille Drouhin, qui a entre-temps acheté un deuxième domaine un peu plus au sud : Roserock.

L’accueil : 3,5/5

Situé en hauteur sur les Dundee Hills, le domaine Drouhin est bien installé au milieu de ses vignes. Dessiné par un architecte de renom, son chai est visible de loin et se fond parfaitement dans le paysage.

Malgré les 7 mètres de hauteur sous plafond, l’accueil dans la salle de dégustation y est chaleureux. Nous sommes pris en charge par une équipe jeune et dynamique qui nous parle de ses vins avec des étoiles dans les yeux.

Le domaine : 3,5/5

Du haut de ses 100m à 250m d’altitude, Le domaine Drouhin bénéficie d’une exposition idéale au soleil et d’un climat étrangement similaire à celui de Bourgogne. Avec son slogan « French Soul, Oregon Soil » (comprendre « esprit français, sol orégonais ») l’ambition affichée des Drouhin est d’ailleurs explicite : faire des vins en Oregon de dimension internationale et aussi élégants que ses vins bourguignons.

Situé dans les Eola-Amity Hills, une trentaine de kilomètres plus au sud, le domaine Roserock est acquis par la famille Drouhin en 2013. Lui aussi planté uniquement des deux cépages bourguignons, il a vocation à passer en viticulture biodynamique.

Le vin : 4/5

Pour 25$ le « flight » de dégustation, nous avons goûté 6 vins emblématiques:

  • Domaine Drouhin Oregon Chardonnay Arthur 2017 – 35$
  • Drouhin Oregon Roserock Chardonnay 2016 – 35$
  • Drouhin Oregon Roserock Pinot Noir 2015 – 35$
  • Domaine Drouhin Oregon Roserock Pinot Noir Dundee Hills 2016 – 45$
  • Drouhin Oregon Roserock Pinot Noire Zéphirine 2016 – 60$
  • Domaine Drouhin Oregon Pinot Noire Laurène 2015 – 70$

Que ce soit les pinots noirs ou les chardonnays, nous avons adoré les vins des deux domaines. Peut-être parce qu’ils sont vinifiés « à la française » sur des standards auxquels nous sommes davantage habitués ? Ils sont structurés et puissants, et libèrent des arômes de fruits rouges, d’épices et de sous-bois.

Les prix : 4,5/5

Difficile de trouver un meilleur rapport qualité-prix dans la région. Et Dieu sait que la qualité est au rendez-vous ! Nous conseillons en particulier le Domaine Drouhin Oregon Pinot Noir Dundee Hills 2016 !

3 – Sokol Blosser Winery, pour la salle de dégustation

Site Web : sokolblosser.com
Adresse :
Numéro de téléphone : (503) 864-2282

Un peu plus haut, nous vous parlions de ces pionniers qui ont sur voir dans la Willamette valley un grand potentiel. Susan Sokol et Bill Blosser étaient de ceux-là, lorsqu’ils ont planté leurs premières vignes sur les Dundee Hills en 1971. Aujourd’hui, c’est la seconde génération qui est aux commandes. Avec succès !

L’accueil : 4,5/5

Si nous n’arrivions pas à vous convaincre de passer par la Sokol Blosser Winery pour la qualité de son vin, il vous faudrait malgré tout y aller pour y découvrir sa salle de dégustation. Chic, moderne et traditionnelle à la fois, son architecture ne laisse pas indifférent. Sa vue sur le côteau d’un côté et les vignes du domaine Drouhin de l’autre devrait finir de vous convaincre d’aller y boire un verre de bon vin.

Les petit plus ? (s’il en faut) : la dégustation est agrémentée, en option, de quelques olives, fromages et charcuterie. Enfin, des tables de pique-nique sont à disposition pour les touristes de passage (que nous fûmes).

Le domaine : 3,5/5

Sokol Blosser, c’est 34 hectares de vignes en propre cultivées en bio et 52 hectares supplémentaires en fermage. Les 15 parcelles localisées en bas de côteau sont plantées de pinot noir, pinot gris, riesling et müller-thurgau. Assez typique de la Willamette valley somme toute !

« People, Planet, and Profit »: La ligne directrice assumée de Sokol Blosser en dit long sur son engagement pour une viticulture durable… à l’américaine.

Le vin : 3/5

Parmi les deux dégustations proposées, l’automne flight à 20$ (pinot gris, chardonnay, pinot noir) et le reserve flight à 30$ (pinots noirs uniquement), nous avons opté pour le premier. Diversité oblige.

  • Willamette valley Pinot Gris 2018 – 22$
  • Dundee Hills Chardonnay 2017 – 38$
  • Dundee Hills Pinot Blanc – 25$
  • Blossom Ridge Pinot Noir – 45$
  • Dundee Hills Estate Pinot Noir – 40$

Nous n’avons pas été particulièrement emballés par les pinots noirs, encore légèrement fermés, et peut être plantés trop bas dans le côteau ?

En revanche, le pinot gris nous a séduit. Nous avons enfin pu découvrir ce cépage, dont nous avons écrit plus haut qu’il bénéficiait d’une visibilité unique en Oregon. Son nez de fruits blancs et d’agrumes est séduisant. En bouche, sa texture grasse et sa puissance aromatique nous ont plu.

Les prix : 3,5/5

Côté prix, nous sommes dans une moyenne plutôt favorable. Il est cependant un peu décevant de ne pas être entousiasmé par une bouteille de pinot noir à 40$.

4 – De Ponte cellars, le petit frère de Drouhin

Site Web : depontecellars.com
Adresse :
Numéro de téléphone : (503) 864-3698

Enfin nous vous conseillons le domaine De Ponte. C’est en tout point le petit frère du domaine Drouhin. Situé à deux pas et sur la même colline, les vins sont élaborés par la française Isabelle Dutartre, débauchée chez … les Drouhin !

Vous y dégusterez un vin du cépage Melon de Bourgogne tout en simplicité et des pinots noirs agréables de milieu de gamme pour moins de 50$.

Ceux que nous avons moins appréciés

Lors de notre aventure dans la Willamette valley, nous avons également été parfois déçus par des domaines dont nous attendions beaucoup. Peut-être trop !

The Eyries vineyard figure dans tous les guides comme LA winery à visiter dans le coin. C’est le domaine qui a remporté cette fameuse dégustation en 1980, lançant ainsi la réputation des vins orégonais.

Ont-ils depuis pris la grosse tête ? Le domaine, situé au centre ville de McMinnville, isolé de ses vignes, ne nous a pas fait grande impression. La nécessité de réserver en avance et les prix atteignant trop facilement les 90$ nous ont dissuadé.

De la même façon, les domaines Serene et Archery Summit Winery, souvent conseillés, pratiquent des prix deux fois plus élevés que les Drouhin, De Ponte et Sokol. Pour des vins pas forcément bien meilleurs.


Aucun commentaire jusque-là - Vas-y, lance-toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *